Aux tréfonds des étincelles


Aux tréfonds des étincelles

Aux tréfonds des étincelles

 

Nichée au béant vide, par la solitude abritée,

J’ai ancré les mots effacés aux mirages sablés,

Pour que l’abysse se pourpre de rêves comblés,

Murmurant l’écho au sein des vagues miroitées.

 

Au loin, un frémis pique l’air des aubes pleurées,

Quelques larmes sur ma main, sur le pas esseulé,

Et ton silence blotti dans le mien, ce temps trémulé,

Lors chaque pensée, d’un coup, se brise effleurée.

 

En harmonie, lentement, s’installe l’âme dérobée,

Dans le fragile sanctuaire des sentiments délaissés,

Assoupie sous l’hypnose des sortilèges angoissés,

Sur cette parcelle de vie étouffée, d’ombre enrobée.

 

Dans le tréfonds lointain des étincelles mêlées,

Mon cœur s’ébloui par l’évasion d’un souffle fardé,

D’un amour enneigé dont l’éclat des feux dardés,

Parfume l’immensité d’une symphonie emmiellée.

© Liz  23 janvier 2014

%d blogueurs aiment cette page :