Les vagues de l’oubli


Les vagues de l’oubli

Les vagues de l’oubli

 

Dans ce désert où le soleil pleure son âme,

Les rêves étouffent enchaînés de souvenirs,

Noyant mon cœur dans leur sombre avenir,

Lorsque le temps noircit la beauté qui se pâme.

 

Au jeu du silence tamisé au bord des ombres,

En éventail jaillit la sève d’un songe qui heurt

Dans la douleur d’un amour égaré et meurt

Vers l’horizon, d’où naissent louanges sobres.

 

Lentement, la brise trouble l’heure éphémère,

Sous l’ondée sans pareil d’un désir émotionnel,

Les pores des abysses soupirent en chant éternel,

Emportant aux grés des écumes les folles chimères.

 

Alors que le regard embué par des frêles pensées,

Effleure ton visage qui transpire dans mon sang,

L’oubli déferle en vagues nacrées aux plis de l’étang,

Car le brouillard se dissipe en gouttes de rosées.

© Liz

%d blogueurs aiment cette page :