Caresse lavande


Caresse lavande

Caresse lavande

 

En cette nuit gorgée de fièvres en bouquets,

Qui fait frémir l’œil d’une tendresse vorace,

Le ciel se tapisse de chants, ondulant de grâce,

Et le cœur scintille de joie comme un bleuet.

 

L’ivresse frôle les fissures nues des abysses,

Et les rêves fleurissent, O, esquisse de soie,

Sur les corps abandonnés, robe qui flamboie,  

Sur la peau et le souffle, décor qui s’éternise.

 

Je sais la magie qui soupire et mord le soir,

Quand les draps se déchirent et l’âme erre,   

Aux creux du sort qui danse sur les pierres,

Capturant le feu d’une larme dans le miroir.

 

Sous l’or qui vêt les murs lourds de silence,

Ton parfum s’effeuille sur ma lèvre brûlante,

Caresse aux arômes de lavande, troublante,

Éclat qui s’épanouit dans les regards rapaces.  

 

©  Liz 19 juillet 2013

%d blogueurs aiment cette page :