Elle regardait…


Elle regardait…

Elle regardait…

 

Les yeux perdus, fardés par les teintes d’automne,

L’émotion aux bouts des doigts, les rêves dans l’âme,

Elle regardait les feuilles tomber, ébréchant la trame

Des cieux grisés, dévastés par la rage des cyclones.

 

La vie au bord des larmes, elle effleurait le souvenir,

Au-delà de tous horizons, de toutes lettres chuchotées,

Du bruissement des vers murmurés, flamme dorlotée,

Qu’elle espère faire sienne devant l’intouchable avenir.

 

Dans l’ombre, son regard s’écrase d’un songe velouté,

La paix frisonne sous l’onde d’une fabuleuse fontaine,

Ou seul le baiser tourmenté par ses lèvres porcelaines,

Exhale le silence qui craque sous les corps envoûtés. 

 

Une dernière romance s’évanouie au fond du cœur,

Amassant les mots, fièvres automnales en fusion,

Sous sa plume écorchée, ou naît le fruit de sa passion,

Dans l’essence de la candeur d’un instant berceur.  

 

©  Liz  21 septembre 2013

%d blogueurs aiment cette page :