Dans la torpeur des jours


Dans la torpeur des jours

Dans la torpeur des jours

 

Des rafales de perles secouent les cloches du ciel,

Et le vent se sauve devant l’aube envahissante,

Sur les toits du silence piétine la rosée jaillissante,

Parure qui frétille à la lisière sous les rayons de miel.

 

L’éclat d’opale, en paillettes, cotonne les matins,

Au fond des draps, le regard respire la rose nichée,

Au creux de ta paume. Frissons à la peau accrochée,

Lors le baiser s’enroule dans le bonheur argentin.

 

Le cœur s’abandon, mon souffle baigne tes songes,

Sur ce chemin qui coule en moi, brûlant mes joues,

Quand le temps tamise l’heure cerné qui s’échoue,

Précipitée, au calice d’une caresse de cils, je plonge.

 

A la douceur des jours, l’azur accroche nos sourires,

Sur les doigts, le soleil éclose en poudre torrentielle,

L’horizon se plie et tricote des soieries démentielles,

Dans l’éternité qui fredonne ta voix, mon âme se mire.

 

©   Liz  07 octobre 2013

%d blogueurs aiment cette page :