Étreinte de douceur


Étreinte de douceur

Étreinte de douceur

*

Sous les toits troublés, a l’ombre des cieux,

Le souvenir cherche le chemin des aurores,

Loin du temps, au sein de l’éternité sonore,

Quand le bonheur respire au fond des yeux.

*

Le miroitement du soleil éclaire le matin pur,

Et la rosée frémit, épouse la corolle des fleurs,

Perles délivrées, exquise étreinte de douceur,

Qui tangue sur le délicat parfum satiné d’azur.

*

Sous l’aile du vent se dessine un rêve soyeux,

Avant qu’au bout des doigts fleurit l’émotion,

Bercée par le velours d’une nouvelle sensation,

Devant l’éclat murmuré d’un ailleurs vaporeux.

*

Les jeux des échos flambent l’horizon brodeur,

Traînant en reflets nacrés au-dessus des roses,

Dans ton regard qui effleure nos désirs en osmose,

Sur les gracieux contours échoués dans l’air briseur.

*

© Liz

Publicités

Mon ciel contre le tien


Mon ciel contre le tien

Mon ciel contre le tien

*

Un soupir pâlit et s’éloigne de mon âme triste,

Sous tes yeux qui se mirent dans l’azur endormi,

Contre les coups du sort où le songe rutile, affermi,

Au creux de l’absence enlacée par l’ombre égoïste.

*

Lorsque les nuages naïfs sont bercés de plénitude,

Mon ciel orageux contre le tien s’emmitoufle gracieux,

Puis, les vents l’escorte vers ces désirs insoucieux,

Pour que mon cœur esseulé plane dans la béatitude.

*

La lumière m’inonde, voguant aux grés des ondes,

Tandis que l’aube fait naufrage sur l’esprit appesanti,

Errant dans le silence sidéral des temps anéantis,

D’où naissent des sourires parmi les larmes blondes.

*

Tantôt, sur le vieux mur, entre le lilas et les pensées,

S’entaille la chair de mes jours, s’émaillent les soleils,

Séduisant les eaux profondes par leurs épais vermeils,

Qui déroulent les vagues devant les aurores amusées.

*

© Liz

Devant l’épais crépuscule


Devant l’épais crépuscule

Devant l’épais crépuscule

 

Aux draps souples du ciel le temps s’éveille,

Et la première lueur blafarde pique la nuée,

Sous l’écorce du jour l’ombre se niche, arquée,

Serpente, sans troubler les rêves qui veillent.

 

En vols lumineux, si près, les ors d’automne,

En pleurs de saules, odeurs rouges, vulnérables,  

Tombent tristes, une lente mort, indésirable,

Linceul sans sève, frileux, qui flotte monotone.

 

En sanglots muets, la grâce du lendemain pâlit,

Auprès des gerbes de jasmin fanées avec lenteur,

A l’heure du trépasse, l’âme grince de douleur,

Tandis que l’azur sombre fait des hauts toits son lit.

 

Égarée, une étrange pensée se tait sur mon front,

En éclatante parure, ébranlée en bancs de brume,

Tel un flambeau fragile qui fume, plein d’amertume,

Devant l’épais crépuscule brûlant sans aucun affront.

© Liz

Sous les vieux arceaux


Sous les vieux arceaux

Sous les vieux arceaux

 

Le soleil d’été brûle le frémis des matins clairs,

Au creux des silences, sur les feuilles argentées,

Parmi les heures qui glissent en mailles tricotées,

Vers l’horizon épais, hanté par la lueur des éclairs.

 

L’orage gronde parmi les murmures des arbres,

Et tombe en tourbillon sur leurs écorces tachées,  

Au-dessus des rêves éteints, des ombres archées,

Où quelques nuées s’électrisent en reflets d’ambre.

 

Sur le mur blanc les bruits émiettent un brin d’air,

La lumière en feu reluit en-haut de la colline clouée, 

Tandis que la fraîcheur berce l’onde a la fleur vouée,

Attendant qu’on la voile d’un azur en teintes de chair.

 

Le ciel se perle de clarté, traverse les arceaux sobres,

Penchés sur la sérénité, qui carillonne, abandonnée, 

Lors le jour crépite au fond d’une mélopée vermillonnée,

Au loin, enfin, l’aube pâle s’allonge dans l’œil sombre.

 

© Liz

J’ai tatoué le sort en turquoise


J’ai tatoué le sort en turquoise

J’ai tatoué le sort en turquoise

 

Dans un doux chuchotement mon cœur se réveille,

Pendant que mon souffle tiède frôle, sous la treille,

Ces quelques frémissements que je pose à ton oreille,

Voguant doucement, tel un frisson délicat qui veille.

 

Devant l’âtre du sortilège un frémis de nacre et opale,

Susurre à ma peau sa magie, éveille mes lèvres pâles,

Qui vagabondent sur l’émouvante douleur syncopale,

Comme une fleuraison à l’orée d’un bouquet de sépales.

 

Au pied des rêves je sais des bras hardis et aventuriers,

Dévoilant l’outrance du temps, embrassant la lumière, 

D’où jaillit l’insomnie charnelle en accords des clairières,

Convoitant les heures sauvages, les mots nus, cachottiers.

 

Dans l’azur éthéré les courbes des friselis se tressent,

D’un silence soumis qui caresse les confuses promesses,

Sous l’or du levant qui devient mon auréole de déesse,

J’ai tatoué le sort en turquoise lors l’émoi crépit et se presse.

 

©  Liz

 

 

%d blogueurs aiment cette page :