Aux coups lents des cloches


Aux coups lents des cloches

Aux coups lents des cloches

 

Sous les fleurs du rosier teintées de pourpre,

Aux premiers rayons pende un arôme enivrant,

Envahissant les ombres du bocage exubérant,

Qui ourlent les branches lourdes à tout rompre.

 

Dans l’air doux, bercé par la brise suspendue,

Le calme agite les voiles sur l’onde de l’étang,

Lorsque la vague tinte, s’écoule dans mon sang,

Où un long silence chuchote sa plaie inattendue.

 

Le ciel empourpré frémit à la tiédeur de l’aube,

Et un soupir s’échappe près d’un gracieux nuage,

Au-dessus des lisières où passe le char des anges,

Se reflet le délicieux chaos des lumières courbes.

 

Là-bas, le regard s’abreuve aux creux des roches,

Loin des tourments, auprès d’un sortilège torpide,

Où saignent les songes, parmi les sillages insipides,

Sous l’horizon allumé aux coups lents des cloches.

© Liz

Dans un frisson


Dans un frisson

Dans un frisson

 

Lors les heures silencieuses tapissent le soir,

Une douce brise frôle les fleurs d’aubépine,

La nuit, calme, traverse les rideaux à crépine,

Tandis que l’éternel oubli traîne devant le miroir.

 

Le bruit sec des rumeurs foule le crépuscule,

Et l’ombre chuchote aux murs sa lourde peine,

Le ciel dérobe les secrets des lunes sereines,

Qui tombent en brindilles de rêves minuscules.

 

Bien loin, les lisières déferlent dans les abîmes,

Tandis qu’une perle berce le frisson, quelle joie,

L’émoi est là, fragile, entre ses draps de soie,

Aux méandres de l’infini il est confident intime.

 

Sur les toits, des voix, pareilles aux flots béants,

Quand dans sa robe de brocart l’étoile argentée,

Bouscule les vents frais et l’aube fragmentée

Par les ailes des anges qui tresse un collier géant.

© Liz

Le silence des mots


Le silence des mots

Le silence des mots

 

Qui sait combien pèsent les tristesses, les douleurs,

Déposés aux pieds de la nuit tiède, à arroser la lune,

De lourds grains, sans saveur, aux épaules des dunes

Gourmandes, recouvrant les blessures, buvant la peur.

 

Qui sait pourquoi les larmes s’irisent au nid des yeux,

Des gouttes nacrées nourrissant le nouvel arc-en-ciel,

Dans ce petit écrin, ensablé par des brassées de miel,

Tantôt si fragile, nommé âme, où l’amer crache du feu.

 

Qui sait combien de faux espoirs effilochent la candeur,

Le soir, quand l’amertume ondule la paupière éteinte,

D’un songe naïf, teinté d’onde, chargé d’empreintes,

Le jour s’émail, tandis que l’aube ensanglante la fleur.

 

Qui sait pourquoi les silences sont doux et épineux,

Lorsqu’ils pleurent en moi, la voûte se pâme, délirant,

Ils émurent les anges témoins, les cœurs déferlants,

Par leurs lents jaillissements sur les versants duveteux.

 

©  Liz

Ton souffle, telle une empreinte


Ton souffle, telle une empreinte

Ton souffle, telle une empreinte

 

Un souffle pointillé se noue en papillon et frôle ma joue,

Légère brise frisant la peau, blancheur coiffée des anges,

Lors au milieu des rêves glisse, dans un sommeil étrange,

Le silence d’un décor muet, flottant vers des lisières floues.

 

Les lettres planent, éperdues,  aux confins de ma solitude,

Les mots se détachent, gisant sous le brasier en chagrin,

Comme avant, prisonnière d’un frémissement pérégrin,

Je sème désirs aux pieds des cieux, tremblant de béatitude.

 

Les pas cendreux des murs sursautent sans nostalgie,

Quand l’horizon pourpré d’étoiles s’enroule chaviré,

La grâce sourit dans mon regard chargé de pétales cirés,

Sous ton écorce mouillée de sève qui boit toute la magie.

 

Là-haut, auprès de voiles, la lune pâle se tache d’ombre,   

Lentement, l’instant devient témoin de nos corps éthérés,

Et ton empreinte, à l’abri du vide, crie en sons acérés,

Foudroyant mon âme, figée dans le néant éteint, sombre.

©  Liz  04 mai 2013

À la lisière des songes


À la lisière des songes

 

À la lisière des songes

 

Dans un coin de son cœur palpite encor l’émotion,

Quand le regarde perlé frôle les souvenirs livides,

D’un temps qui emmure les mots usés dans le vide,

Chaque jour un peu plus, jusqu’à leur disparition.

 

Aux abysses ouverts, en larmes elle se dévoile,

Là-bas, enfouit au fond poussiéreux de son miroir,

Drapé d’un voile qui cache ses peines dans des tiroirs,

Pour que ses yeux à la douceur de soie s’étoilent.

 

Au-delà de la tristesse pointée en papillon de nuit,

Les lisières du couchant voguent en murmures gracieux

Pour taire le silence auprès des instantes langoureux,

Qui suit le temps, battant l’air dans un décor qui luit.

 

La tendresse s’effeuille sous les pupilles fiévreuses,

Déchirant ses hier en tempête, au milieu des songes,

Avant que, dans l’ombre nuptiale d’un cortège d’anges,

L’horizon tressaille sur la courbe de sa bouche heureuse.

©  Liz  19 mars 2013

%d blogueurs aiment cette page :