Émotions latentes


 

Émotions latentes

Émotions latentes

*

L’étreinte du soir frémit aux pleurs des roses noires,

D’un souffle retenu trébuchant sur leurs fils suspendus,

Où le plaisir vagabonde pour arriver aux désirs fondus,

Inventant des mots mêlés à l’écho de cette vie illusoire.

*

Dans la couleur de l’instant, dans la chaleur de ta voix,

Aux sourires blafards, au bruit des pas sans lendemain,

À la cambrure de l’âme pliée dans un temps incertain,  

J’ai retrouvé ton ciel enveloppant, frémissant déjà sa foi.

*

Et à chaque regard niché aux plissures de mes attentes,

Défile l’ombre éphémère de mon furtif matin sans réveil,

Tanguant au moindre coup du vent, courbant le soleil,

D’un violent souvenir qui guette les émotions latentes.

*

Discrètement, les paroles composent une mélopée,

Une traversée au grès des larmes tissées de tes absences, 

Cris de douleur, brûlés par les braises de la providence,

Chuchotés aux heures tardives de la nuit arrivée en flopée.

*

 © Liz

Publicités

Au-delà de mon parcours


Au-delà de mon parcours

Au-delà de mon parcours

 

J’ai tant cherché l’amour aux creux des peines,

Jusqu’a retracer mon chemin, sceller mon cœur,

Que j’avais oublié d’effeuiller les sourires cajoleurs,

Dès lorsque j’étais prête à revoir ma vie sereine.

 

J’ai tant voulu trouver l’émoi parmi les ombres,

Les empêcher noircir mon regard, mon bout de soleil,

Pour satiner mes rêves au milieu des matins vermeils, 

Quand la brise engloutit mes paupières sombres.    

 

J’ai tant désiré refaire le décor de mon histoire,

Dans le miroir du temps, dans l’œil de l’univers,

Tandis que ma lèvre chuchote le secret de mes vers,

Pensant à son battement rythmé, prémonitoire.

 

J’ai tant voulu esquisser mes frémis sur les joies,

Que mes doigts ont perdus leurs souffles mous,

Pendant que dans les entrailles du destin émoud,

Une larme s’écoule sur le rebord de son cocon de soie.

 

J’ai tant touché les souffrances, les absences,

Les instants d’autrefois, les désirs suspendus,

Que j’en ai cru revivre les pleurs, les jours éperdus,

Au-delà de mon parcours déplumé de clémence.

 

©  Liz

Louange écumée


Louange écumée

Louange écumée

 

De tous les silences où mes yeux se sont ancrés,

J’ai gardé en mon cœur l’écho de ma vie volée,

Par ce mystère amoureux d’une pensée auréolée,

Entremêlant bribes de mots dans un songe nacré.

 

De toutes les absences où mes doigts se sont noués,

J’ai touché le secret déposé sur des paroles feutrées,

Porté par le temps, fuyant l’onde des étoiles lustrées,

Poursuivant l’ombre, affolant le vent d’un vide avoué.

 

De tous les soupirs où mes mots se sont dévoilés,

J’ai pris la flamme muette lors l’âme c’est épanchée,

Aux bords des abysses scellant l’aveu en tranchées,

Étouffant les braises par les larmes d’un ciel voilé.

 

De toutes les aubes où mes embruns se sont entassés,

J’ai contemplé la vague déferlant ses gouttes galbées, 

Sans briser la candeur écumante, de douceur imbibée,

Choyant le moindre bruit qui résonne en flots embrassés.

©  Liz

Cœur de velours


Cœur de velours

 

Cœur de velours

 

Comme une présence qui s’éloigne en quelques pas,

Au-delà du temps, vers un répit a la douceur de ta main,

Disparu dans le vertige de ma tempe, fabuleuse fontaine,

D’un bonheur emperlé sur les fibres satinées des bras.    

 

Comme les absences qui étiolent l’aurore d’autre fois,

Courbant, au levant, l’ingénue beauté au cœur des fleurs,

Quand la rosée frémit, sous leurs parfums, avec candeur,

Devant l’obscurité qui pleure, aux plis de la corolle, l’effroi.

 

Comme les flots écumés d’amour sur les rives du temps,

Ma plume frissonne encor, étreintes fondues, dénudées,

Sur la peau des mots câlins, déferlés en vagues brodées,

Lors les rayons ardents étincellent l’horizon longtemps.

 

Comme la brise légère qui encercle le vide affamé,

Dévorant les cimes éveillées par des caresses passionnées,

En rythme alangui, battant des émotions insoupçonnées,

Dans cet écrin ensorcelé de rêves miellés, amalgamés.

 

©  Liz  28 mars 2013

%d blogueurs aiment cette page :