Là où le songe murmure


 

11

 

Là où le songe murmure

Là où le songe murmure     

*

Cet hier, le cœur poudré de frimas le cherche encor,

Quand j’étais prête à cueillir la grâce de ton errance,

Là où le temps se compose de frissons de délivrance,

Où, la nudité de tous les mots flamboie dans le décor.

*  

Au feu de ce ciel profond, au creux de son berceau,

Les nuages escortent le tressaillement des tempes,

Contre le souffle mouillé des roses, brisant l’estampe,

De cet ailleurs, de ces douceurs, courbant les sceaux.

*

Etrange moment, lors l’aube se lève le jour sanglot,

Tourments et peurs se bousculent, fragilisant la bise,

Puis, d’un geste gracieux l’horizon s’écoule à sa guise,

Entre mes mains, plus léger que le sourire d’un grelot.

*

Après, quand le silence s’émiette, le songe murmure,

Parmi les dentelles des matins flambés des ombres,

Au pied des cimes tourmentées par des éclats d’ambre,

Et tombe en pluie de lucioles, brodant les toits, les murs.

*

© Liz    

%d blogueurs aiment cette page :