Naufrage


1f5204fe54a1f7d0d9720ff492b70fec

Naufrage

Naufrage

*

Comme un murmure incessant, au-delà de temps,

Sans bruits, ni regrets, mais l’œil courbé de peines,

J’oserai bercer mon âme aux bras des aubes sereines,

Lentement, sans repos, vers l’ultime feu du printemps.

*

Aux fibres d’une nuée vagabonde, creusée de rides,

Les rêves s’effilochent, miroitement sans conscience,

Sur le fil de l’attente où le sort se bouscule d’impatience,

Puis se perd encore au gré des courants froids et rapides.

*

Comme un désir innocent, au-delà du terrible avenir,

Sans torrs, ni malheurs, mais le sang crispé d’alarmes,

J’oserai noyer mon cœur aux sèves bleutées de larmes,

Doucement, sans remord, pour qu’il arrive à subvenir.

*

Le silence s’éparpille, un dernier baiser dans le vide,

Glisse surpris mais si limpide, tortillé par les erreurs,

Sous l’aile du vent qui dévoile une profonde candeur,

Et la torpeur des heures où naît l’angoisse du jour livide.

*

© Liz   

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :