Au penchant du chemin


118

Au penchant du chemin

Au penchant du chemin

*

J’ouvre encor la main devant ce rêve trop blanc,

En ce matin humide qui veille le pas des vagues, 

Enlisé au fond d’une aube de givre, noué en bague,

Jusqu’à l’émoi lourd de brumes et le sanglot franc.

*

C’est l’heure où le silence plonge ses friables éclats,

Au-dessous de ma poitrine, là où fendent les ombres,

À l’endroit où ton cœur se repose en perles d’ambre,

Là où fleurissent les souvenirs, oasis de sourires plats.

*

J’embrasse encor l’illusion d’un présent limpide,

Dans ce vide qui m’écrase, immergé à ton absence,

Quand l’âme se repose auprès de frêles turbulences,

Dont le fracas égrène les chuchotis fades et insipides.

*

Au profond de ma chair ta voix vibre, tamise les jours,

Et l’heure tremble lors la brise miroite la grand-voile,

Dans l’air sauvage, dans l’intime courbature des étoiles,

À chaque fois que la pensée erre au parvis du toujours.

*

© Liz    

Publicités

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. kmaidy
    Oct 23, 2017 @ 18:44:44

    garde les biens tes souvenirs,
    bises et bonne semaine ma Liza !

    Réponse

  2. kmaidy
    Oct 28, 2017 @ 22:32:17

    Meilleurs Voeux pour une bonne et belle journée d’Anniversaire, ma Liza !
    bon dimanche avec des bises !

    Réponse

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :