Il y avait juste ton souvenir


Il y avait juste ton souvenir

 Il y avait juste ton souvenir

*

Il y avait juste un murmure hardi d’une blanche lune,

Et une tremblante lumière diffuse sous ses pas roux,

Emmitouflés dans la chaleur des frémissements doux,

Quand le crépuscule du soir poudre d’ardeur les dunes.

*

Il y avait juste un sourire tendre, un soupçon de folie,

Et un rêveur silence, emprisonné en ces idylles d’été,

Nichés au bord d’un nid radieux, d’un bonheur entêté,

Où les fleurs viennent conter leur parfum, leur mélancolie.

*

Il y avait juste un regard sublime, couleur de pourpre,

Et une délicieuse brise frisée par les nuages vivants,

Couchés dans le temps qui s’en vient, encore captivant,

Si près de moi qu’il enrobe l’âme d’une étincelle propre.

*

Il y avait juste un soupir heureux, étreinte à savourer,

Et un ardent soleil, ourlé par des éclats éphémères, 

Éperdus dans les songes satinés des cœurs sincères,

Envahis par la voix brûlante des passions à énamourer.   

*

© Liz

%d blogueurs aiment cette page :