Aux gouffres de tes frontières


Aux gouffres de tes frontières

Aux gouffres de tes frontières

*

Au détour des rêves drapés d’un voile solitaire,

Le souvenir s’enfuit loin, pleurant ses flammes,

Qui en secret brûlent les pores des vagues à l’âme,

Frissonnant sous les roulis des mots prioritaires.

*

Les chuchotis s’éloignent le temps d’un instant,

Vers l’écrin abyssal d’une vaste étendue azurée,

Pour souffler la solitude de mes heures fissurées,

Sur le vide niché dans chaque fibre du cœur battant.     

*

Sous les déluges inlassables au gré de nos cieux, 

Ma route sillonne aux gouffres de tes frontières,

Etanchée dans le mirage qui ruissèle de ma prière,

Pour que mes larmes osent mourir dans tes yeux.

*

L’écho du demain repose à l’ombre de mes pas,

Déversant ses doutes, ondulant l’idylle matinale,

Lorsque le frémissement des fièvres automnales,

Dans l’attente valsent et respirent dans mes bras.

*

© Liz

Publicités

6 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Gyslaine L.
    Nov 10, 2015 @ 18:49:04

    Très beau Liz sur ces paroles automnales. Bonne soirée 🙂

    Réponse

  2. floray2
    Nov 11, 2015 @ 15:05:12

    La solitude des heures souffle
    parfois assez fort.
    Au rythme du vent automnal
    et du temps gris et sombre.

    Amitiés !

    Réponse

  3. giselzitrone
    Nov 16, 2015 @ 09:19:00


    Wünsche dir eine gute neue Woche lieber Gruß und Freundschaft Gislinde

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :