Murmures d’octobre


Joyeux anniversaire, Liz!

Murmures d’octobre

Murmures d’octobre

*

Dans son cortège de feuillage sombre, mon âme errante,

S’accroche à son destin, s’entoure d’un lent murmure inédit,

Esquissant en quelques prouesses ce jour d’octobre attiédi,

Avant que la vie triomphe encore par sa tristesse accablante.

*

Aujourd’hui, l’émoi des anciennes pensées contrariantes,

Palpite sous l’onde cristalline, petite perle sur les cils émus,

Lors le parfum de l’univers s’enferme dans le regard abattu,

Près du rayon morne niché dans la cruche des nuits cassantes.

*

Exilée parmi ses roses fanées, frémissant dans son attente,

Souvent là-bas, loin, si loin, au creux de ses rêves attendris,  

Elle veut toucher des sourires, calmer son cœur assombri,

Pour qu’au bout du chemin l’aube rouillée devient éclatante.

*

 Une frêle lueur empourpre d’azur ses heures impatientes,

Et ses doigts tâchés d’encre jouent avec des mots camaïeux,

Lorsqu’aux tréfonds de ses prunelles saignent le néant pieux,

Pour un brin de tendresse, pour une caresse envoûtante.

*

Emperlée par la rosée du jour, ta silhouette charmante,

Vient effacer le temps perdu et ses méandres endoloris,

Taquinant les songes qui tiennent sa main dans ce pré fleuri,

Parmi ces bouts des roses butinés d’une orée troublante.

*

Sous le toit d’hier, le passé reste figé dans l’histoire absente,

Et les souvenirs cascadent donnant naissance aux vœux,

Une parure d’étincelles, cadeau, pour cet anniversaire bleu,

À l’ombre du temps, par-dessus de la poussière opalescente.

*

Ce jour est venu, sans trompette ni paillettes brillantes,

Grisant de rouge, orange et d’or l’air de ce diaphane jeudi,

D’un souffle d’aquarelle sur sa toile transparente d’organdi,

En accords serrés sous la mousse d’une lumière aveuglante.

*

© Liz

%d blogueurs aiment cette page :