Mon cœur


Mon coeur

Mon cœur

 

Mon cœur étourdi n’est qu’un grain de mélancolie,

Qui scintille ému sur les rebords des nuits en transe,

Courbant les silences blottis dans leurs petites anses,

Une enveloppe d’amour aux reflets aigus des folies.

 

Il tisse de sa chair le frisson qui se colle à ta peau,

Parfois, il est brise légère lors le malheur s’achève,

Il devient source des émois, la larme de mes rêves,

L’étoile qui cherche la fraîcheur au creux de l’eau.

 

Réveillé souvent par des tempêtes noctambules,

Il se nourrit du drame semé au fond du tourbillon,

Quand, en passant, pointée en coups d’aiguillons,

La vie efface toutes les traces des rires funambules.

 

Nimbé d’un souffle et d’une tendresse complice,

Il est a l’abri du vent, battant en doux effleurement,

Lors tes regards le trouble il va s’échouer éperdument,

En cernes de passion, saupoudrés d’aromes d’épices.

 

©  Liz

%d blogueurs aiment cette page :