Un dernier adieu


Un dernier adieu

Un dernier adieu

 

J’ai jeté mon cœur triste dans l’abysse profond,

Pour qu’il oublie cette vie noyée d’incertitude,

Depuis, je reste collée a l’émoi de mes lassitudes,

Afin de pouvoir attraper mes rêves moribonds.

 

À la dérive, les cendres éloignées cherche l’âtre,

Parfums mouvants, inconnus, brûlant mon âme,

Au gré du vent la roche sable l’éclat de la flamme,

Jusqu’à l’ivresse des regards imprégnés d’albâtre.

  

Sur le fragile rebord des mots, nuancé de corail,

L’aveu s’enflamme sur les méandres de la pensée,

Suivant l’encre du désir avide des nuits encensées,

Quand l’envie sublime le sort qui a quitté les rails.

 

Aux échos nus, orageux, couverts de songes bleus,

Fleurit à l’instant ton image, tel un coup de foudre,

Tel le feu du désert, ombragé de fièvre en poudre,

Lors le souffle écorche les lèvres d’un dernier adieu.

 

©  Liz

%d blogueurs aiment cette page :