Petit bout d’amour


Dédié a ma petite fille, Karina, qui va naître en septembre

 

Petit bout d’amour

Petit bout d’amour

 

Petit bout, petite princesse, ma perle de rosée,

Devant mes jours cendrés tu viendras poser,

Ton beau sourire au creux duquel va reposer,

Mon âme esseulée, loin des ombres adossées.  

 

Petit chemin tracé sur les rebords des mélodies,

Vibrant son arpège sous les archets des violons,

Aurore tressée par les branches dorées des filons,

Quand le destin s’accorde aux douces rhapsodies.

 

Petit ange de bonheur, ma goutte d’émotion,

Dans l’air de ton temps mon cœur tu vas bercer,

D’un rayon vermeil mon front tu sauras déglacer,

Sous les regards émerveillés par ta belle création.

 

Petite fleur de lune, précieux bijou de famille,

En ce jour béni de grâce je t’ai vu la première fois,

Mignon visage de papier tu es mon plus grand émoi,

Le battement de vie en douce odeur de camomille.

 

Petit bout d’amour, roucoulement d’hirondelle,

Dans notre livre, d’un doigt mouillé, tu vas signer,

Lorsque la lumière ta pureté viendras témoigner,

Dorénavant, je vis en toi, telle une étoile éternelle.

 

©  Liz

J’ai tatoué le sort en turquoise


J’ai tatoué le sort en turquoise

J’ai tatoué le sort en turquoise

 

Dans un doux chuchotement mon cœur se réveille,

Pendant que mon souffle tiède frôle, sous la treille,

Ces quelques frémissements que je pose à ton oreille,

Voguant doucement, tel un frisson délicat qui veille.

 

Devant l’âtre du sortilège un frémis de nacre et opale,

Susurre à ma peau sa magie, éveille mes lèvres pâles,

Qui vagabondent sur l’émouvante douleur syncopale,

Comme une fleuraison à l’orée d’un bouquet de sépales.

 

Au pied des rêves je sais des bras hardis et aventuriers,

Dévoilant l’outrance du temps, embrassant la lumière, 

D’où jaillit l’insomnie charnelle en accords des clairières,

Convoitant les heures sauvages, les mots nus, cachottiers.

 

Dans l’azur éthéré les courbes des friselis se tressent,

D’un silence soumis qui caresse les confuses promesses,

Sous l’or du levant qui devient mon auréole de déesse,

J’ai tatoué le sort en turquoise lors l’émoi crépit et se presse.

 

©  Liz

 

 

Comme une offrande


Comme une offrande

Comme une offrande

 

Des perles de frissons s’étalent sur les fleurs de lune,

Et le souffle vogue vers l’écume des yeux languissants,

Lorsqu’une pensée s’allume dans le froid bleuissant,

D’un battement de cils tressant l’ombre rose des dunes.

 

Dans sa robe d’encrage l’aube serpentine tranquille,

Sur les corps, en gouttes nacrées, irisée par des baisers,

Suspendue aux oasis enfilés où l’attente vient apaiser,

L’âme émiettée, cendrée par les douleurs qui béquillent.

 

Les doigts se mouillent du tendre, buvant l’ivresse,

Sous l’onde lisse qui cache l’amer des cernes nébuleux,

Les ailes des jours feuillettent les horizons miraculeux,

À dévaler le ciel d’orage, témoignage de douces caresses.

 

Aux couleurs qui s’effilent entre les bras des lagunes,

Des frileux tissages sillonnent au ventre des abysses,

Ma vie frétille, telle une offrande devant l’autel  acquis,

Près de toi tourbillonnant aux creux d’une rafale jaune.

 

©  Liz

Oublier le temps


Oublier le temps

Oublier le temps

 

Au fond du cœur l’émotion trémule dans la pénombre,

Et l’écho sec du sanglot s’agriffe au temps tel un corsage,

Lorsque quelques lueurs éclairent le nouveau passage,

Où un dernier soupir caresse l’écorce des âmes sombres.

 

Le rêve naît, sans un murmure, au dessus de ma couche,

Frôlant l’empreinte des chagrins, dévisageant le noir,

Pour effacer l’obscurité, oublier les bruits pleurés du soir,

Là, au gré des pensées, où frissonnent les envies farouches.

 

Une larme s’échappe, tel l’éclat d’une perle nacrée,

Sous l’écume de ma peur, a l’écoute des chants éternels,

Camouflant les silences entassés en secrets charnels,

Quand l’œil égaré éclot aux plis des aurores éplorées.

 

Dans les moires de soie que le jour prête aux prunelles,

L’ivresse exulte en profondeur des regards effeuillés,

Des fulgurances diaprées envoûtent les sillons endeuillés,

Dérobés des pas, du temps, opalés de braises passionnelles.

 

©  Liz

Au bout de la peine


Au bout de la peine

Au bout de la peine

 

Ce soir, le silence frémit ondulant la pâleur de la lune, 

Au creux des miroitements où crépitent les feux voraces,

Sous la morsure des vents, des anciens secrets fugaces,

Ce soir, tachant les draps d’une larme de sang, à la brune.

 

Ce soir, le calme s’enrage, se déchire, se gorge de fièvre,

Sur les vieilles pierres des murs qui soupirent en chœur,

Leurs tragédies, le passage obscur du sort empoisonneur,

Sur les parois d’un cœur sans amour, fissurant les lèvres.

 

Ce soir, les fleurs des champs défripent leurs robes,

Quand, la silhouette de l’horizon bleu ourlé de rêves,

Passe telle une caresse sur les pétales où le jour s’achève,

Gardant dans leurs corolles le miel que l’âme dérobe.

  

Ce soir, ce n’est pas trop tard à éparpiller la tendresse,

Sur le hasard des pas lourds qui gravent les chemins,

Au-dessus de rutilances de la nuit, vers l’aube du destin,

Aux charmes inaperçus, aux rayons qui couronne l’ivresse.

©  Liz

Au clair des silences


Au clair des silences

Au clair des silences

 

La nuit déverse son ciel flou et berce les étoiles,

Dans mon cœur qui pèse si lourd et sommeille,

Aux creux des bras enlacés, des émois vermeils,

Chuchotant ses caresses rebelles sur les toiles.

 

Aux coups du sort qui défilent effleurant la peau,

Les souvenirs s’enfuient, entre les doigts, déchirés,

Frôlement passager aux grains des sourires cirés,

Tremblement du temps qui flamboie en éclat d’eau.

 

Quelque part en moi glisse l’étincelle éphémère,

Aux âmes des matins veloutés, poudrés de carmin,

Au clair de ces silences percés des parfums de jasmin,

À nouveau étouffant le vide, défilochant les chimères.

 

Sans regrets, les yeux aux teintes d’une émotion,

Je peins les sentiments qui envahissent mon être,

À l’horizon, dans un lent ballet, ils viennent de paraître, 

Grisés de mélancolie, évanouis dans l’éternelle dévotion.  

 

©  Liz

Effleurer les rêves


Effleurer les rêves

Effleurer les rêves

 

Plongée dans le soupir enroulé d’une vague éphémère,

Mon cœur troublé effleure le chant éternel des rêves,

Déferlant l’écume des marées sous le vent qui soulève,

Les flots, les voiles qui cachent les émotions amères.

 

Emportée par le murmure des ondées passionnées,

Mes yeux se sont délivrés des craintes, des embruns,

Tel un exquis silence perlé au fond d’un regard brun,

Qui se hisse vers le frisson des lisières insoupçonnées.

   

Accrochée aux chaînes du passé, aux pensées brisées,

A ne savoir comment franchir tous les liens, réussir,

Tandis que les regrets figés étouffent l’ardeur du désir, 

Lors le gouffre s’agrandit, déchirant les limites grisées.

 

Encore ancrée aux fibres délicates des mélopées,

Sur les versants épanouis, au long des rivages sablés,

A en parer l’âme de tendresse, d’infinis comblés,

Là-bas, auprès des frémis perdus en douce épopée.

 

©  Liz

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :