Nuit orageuse


Nuit orageuse

Nuit orageuse

 

Les cris secs, gorgés de soif, les toits déchirent,

L’orée s’en va en lambeaux sous les rafales de pluie,

Quand l’orage éclate et le ciel de corail s’appui,

Contre les bracelets d’éclairs qu’on entend bruire.

 

Est-ce les perles d’eau que mon regard émaille,

Lorsque la lune à son déclin sanglote ses larmes, 

Brûlée par les écorchures de la voûte difforme,

Grondée par de terribles tonnerres qui l’assaille. 

 

Les bruits vifs assomment les vieux sommets, 

Clapotis cristallins, joyeux, resserrent la terre,

Qui fleurit dans l’œil d’une douceur éphémère,

Au bord des ruisseaux où l’air devient gourmet.

 

Les coquillages frémissent, ornées de feuillages,

Aux creux du sablier, l’heure mouillée approche,

Est-ce la tempête qui c’est brisé contre les roches,

Où bien ta main sur ma peau courbée de sillages.

 

©  Liz 31 juillet 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :