Vertige muet d’un sortilège


Vertige muet d’un sortilège

Vertige muet d’un sortilège

 

Sur la route embrouillée de son destin profané,

Le regard cherche impuissant l’étincelle fracassée

Par un vent impétueux, incendiant l’aube tracassée,

Lorsqu’à l’heure du départ, l’orée coule son or fané.

 

Juste le temps d’un silence et la nuée dévore le bleu, 

Bouleversée par la cambrure envoûtante de la mer,

Nuances voilées, odeurs brûlées au bord d’une prière,

Avant que le soleil attristé part veiller d’autres enfeus.

 

Vers l’horizon, si loin, dans une étreinte l’ennui pâlit,

Chute murmuré, éclats d’ombres agonissant la nuit,

Larmes qui s’enlacent, tristesse fragilisée, sans bruits,

D’une ondée diaphane, voguant sur ce qu’on n’a pas dit.

 

D’un vœu, l’étoile filante a osé guérir les sortilèges,

Qui tanguent sous les paupières d’une lune émiettée,

Crispée d’effroi, évanouie sous les écumes fouettées,

Déluge où meurent les rêves orphelins, triste sacrilège.

© Liz 26 decembre 2012

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :