Aux murmures de l’attente


 

 

Aux murmures de l’attente

 

Les yeux fermés elle épousait l’ombre faïencée,

Berçant en vagues bleutées son rêve providentiel,

Où l’aile d’oiseau vole frôlant l’attente de  miel,

Et le vent susurre au bout des cils une ode romancée.

 

Elle regardait la déchirure d’une mélancolie grisée,

Portée vers le ciel délavé de son être impétueux,

Fuite éperdue d’une larme qui blanchit les adieux,

Effleurant la brume évanouie en éternité fragilisée.   

 

Le cœur submergé, envahit par cette nuit veloutée,

Battant au creux des songes ambrés, somnambules,

Dont la sève n’est que saveur délicate qui ondule

Apeurée vers la courbe pleurée des étoiles voûtées.  

 

Sous l’écume des cieux elle drapait la déchirure,

Lors les silences s’affolent sur son visage hagard,

A l’écart d’une faille émouvante aperçue en regard,

Elle fardait son précieux aveu de belles diaprures.

Liz 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :