Nuit d’ivresse


 

 

 

 

Nuit d’ivresse

 

Le jour pâlit sous les rayons d’une lune jaunâtre,

Qui danse la farandole, roulis d’éclats en fièvre,

Spirale d’étoiles filantes, travail céleste d’orfèvre

A l’orée des cieux, une myriade en nuance d’albâtre.      

 

Une brise souffle en ondée l’écho de tes pensées,

Et le bonheur s’écoule en mille murmures doux,

Gouttes d’éternité s’échouent au sein des yeux,

Posant sur ma lèvre tant de petites grâces croisées.

 

Au couchant, la nuit frileuse glisse en draps de soie,

A la lisière d’horizon, s’allonge le soleil en sommeil,

Lorsque mon regard  effleure ton corps en éveil,

Tes mains deviennent corbeille d’ivresse où je chois.

Liz

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :